Tour du monde en hélicoptère – Retour sur le C150 Global Odyssey

Posté le Blogue par STEPHAN/H le

Bob Dengler and his son Steven DenglerEn mars 2017, nous annoncions fièrement notre partenariat avec C150 Global Odyssey, le premier tour du monde canadien en hélicoptère, en tant que fournisseur de combinaisons de vol pour leur voyage incroyable.

En juillet 2017, nous avons eu la chance de rencontrer l’équipage lors de leur escale au Complexe Capitale Hélicoptère de Québec.

Depuis, l’équipage du C150 Global Odyssey, Bob Dengler, son fils Steven et Rob Dugal MacDuff ont non seulement réussi à parcourir 37 000 km en 48 jours, mais ils ont également documenté leur aventure dans un livre rempli de souvenirs et de photographies provenant de leur collection personnelle.

Pour avoir des informations inédites sur leur aventure, nous avons également posé quelques questions à Steven Dengler.

« Tout au long de notre tour du monde historique, nous représentions fièrement l’ampleur de technologie canadienne. L’hélicoptère Bell 429, fabriqué à Mirabel, a souvent volé la vedette. Mais après une longue journée de vol, ce sont nos combinaisons de vol STEPHAN/H, fabriquées au Québec, qui agissaient en tant que membres d’équipages silencieux, faisant tourner les têtes et étant le premier sujet de discussion. Nous sommes incroyablement reconnaissants du soutien obtenu de la part de STEPHAN/H, et nous n’hésitons jamais à recommander leurs produits aux pilotes que nous rencontrons. » – Steven Dengler

« Le C150 Global Odyssey était une aventure on ne peut plus historique !», déclare sans hésiter Steven Dengler et nous pouvons certainement le comprendre. Après tout, peu de gens peuvent dire qu’ils ont participé à quelque chose de cette ampleur ! Lorsqu’on lui a demandé quelle était la chose la plus compliquée à organiser lors de la planification du voyage, Steven dit que le voyage en soi était la chose la plus compliquée ! « Vous connaissez peut-être l’adage selon lequel on ne voit que 10% de l’iceberg hors de l’eau et que 90% est au-dessous. Eh bien, il a fallu 547 jours de planification pour bien organiser le voyage et 48 jours pour le faire. C’est 92% de planification et 8% de vol. Assez proche de l’analogie de l’iceberg ! », déclare Steven.

C150 Go ambassade Russie
À l’ambassade de la Russie

Pour chaque pays dans lequel ils entraient, ils devaient obtenir les autorisations appropriées et satisfaire aux exigences douanières. La Russie s’est révélée être un peu différente des autres pays. Au début de 2016, ils ont visité l’ambassade de Russie à Ottawa pour rencontrer le personnel et expliquer leurs intentions. « Ils étaient extrêmement courtois, professionnels et serviables. Un certain nombre d’équipages de tours du monde russes ont traversé le Canada au fil des ans et il y avait un précédent de bonne volonté en ce qui concerne les expéditions aériennes », explique Steven.

Au cours de leur voyage, ils ont visité 92 endroits dans 14 pays, allant des caches de carburant éloignées dans l’Arctique aux capitales mondiales telles que Londres, Prague, Varsovie et Moscou. Steven dit que parmi tous ces endroits, le paysage le plus spectaculaire se trouvait dans l’Arctique canadien.

Winter Palace de St-Petersburg- vue aérienne
Winter Palace de St-Petersburg

Sa ville préférée vue d’en haut

«Tout au long du voyage, nous avons piloté l’hélicoptère à tour de rôle et, pour la partie entre Riga et Saint-Pétersbourg, j’ai eu la chance d’occuper le siège droit. L’aéroport de Pulkovo est situé au sud de la ville mais nous avons demandé la permission de survoler le centre-ville, ce qui fut accepté. La ville est située au confluent de la rivière Neva et du golfe de Finlande, et elle est très impressionnante. Alors que je m’émerveillais de la beauté de l’emplacement, de la disposition et de l’architecture de la ville, j’ai jeté un coup d’œil vers la droite et constaté que nous survolions le Winter Palace. Je n’avais pas la caméra principale de la mission (un Nikon D810) à l’avant, alors j’ai sorti mon iPhone et j’ai pris quelques photos rapides. Elles se sont avérées être les meilleurs clichés du voyage ! Mais en vérité, aucune image n’aurait pu capturer la splendeur de nombreuses merveilles que nous avons vues au cours du voyage. »- Steven Dengler.

Art d'Iqaluit ours polaire sculpté
Art d’Iqaluit

Le défi de la météo

En feuilletant leur carnet de vol, on peut y lire que la température a été défavorable à quelques reprises, mais heureusement, elle n’a jamais menacé de terminer leur voyage prématurément. Steven dit : « Si vous attendez, le mauvais temps passe toujours.» Il se souvient que c’est à Iqaluit, au Nunavut, qu’ils ont dû attendre le plus longtemps. Ils y ont passé cinq jours à attendre un temps favorable. Mais comme l’a si bien dit Steven: «Dans l’Arctique, vous n’avez pas place à l’erreur. Vous voyagez souvent entre les deux seuls aéroports de la région et il existe littéralement zéro alternative. Zéro. Donc, vous ne commencez pas un vol à moins que vous ayez la certitude que vous pouvez le terminer en toute sécurité. » Cependant, le fait d’être ancré à Iqaluit avait ses avantages. Non seulement ils ont pu explorer la région, mais ils ont également pu rencontrer des gens et se faire des amis.

Le ferait-il à nouveau ?

«Maintenant que j’ai planifié un tour du monde, je pourrais le refaire dans environ un tiers du temps. J’ai appris quoi faire, et tout aussi important, quoi ne pas faire. Je pense fortement à répéter le voyage pour le 160e anniversaire de la confédération canadienne avec mes deux fils.

Bien qu’il ait vraiment apprécié de faire le C150 GO à bord d’un hélicoptère, Steven dit que s’il fait un autre tour du monde, il optera probablement pour un avion. « Je suis autorisé à utiliser à la fois des hélicoptères et des avions. Je choisirais donc un avion à turbopropulseur la prochaine fois. Cela me donnera trois à cinq fois l’autonomie en carburant, ce qui permettra une certaine flexibilité dans la planification des itinéraires – et même la possibilité d’un tour du monde antipode », dit-il.

L’équipage du C150GO a choisi de voler vers l’est pour profiter des vents dominants, mais cela signifie également que presque tous les jours, ils ont perdu une heure en raison du changement d’heure. Steven dit qu’il ne ferait pas la même chose pour le prochain vol. Il voyagerait vers l’ouest, leur permettant généralement de gagner une heure ou plus à chaque vol, ce qui serait favorable pour leur horaire de sommeil.

Ce que Steven Dengler pense des combinaisons de vol STEPHAN/H

«Nos combinaisons de vol STEPHAN/H étaient incroyables. Tout d’abord, elles nous ont fait ressembler à des rock stars ! En fait, lors de notre passage à la fête du Canada au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à Ottawa, nous avons fait une « arrivée héroïque » comme dans les films où une équipe doit se lancer dans l’espace pour faire exploser un astéroïde. C’était génial.

De notre première annonce au HAI Heli Expo à Dallas jusqu’aux parties les plus reculées de la Sibérie, la combinaison a su faire tourner les têtes et a suscité beaucoup de compliments. Les gens voyaient au premier coup d’œil que nous étions une équipe sérieuse entreprenant quelque chose d’historique. Je suis sûr que les combinaisons nous ont aidés d’une manière dont nous ne réalisons pas encore l’ampleur, comme aux points de contrôle en Russie. Elles étaient comme des ambassadrices pour nous partout où nous allions, en veillant à ce que notre look soit à l’image de notre mission importante : professionnel, officiel, compétent. L'équipage C150 Go au HAI Héli Expo

Plus important encore, les combinaisons STEPHAN/H étaient bien conçues, confortables et pratiques. Nous avons opté pour un pantalon et un blouson, plutôt que le modèle une pièce, ce qui nous a permis de retirer le blouson au besoin. Souvent, en vol dans l’Arctique, le soleil chauffait le cockpit comme une serre et nous enlevions le haut. Mais lorsque nous atterrissions et ouvrions la porte, le vent glacial nous frappait et nous remettions nos blousons ! Avoir cette flexibilité était fabuleux.

Le voyage a duré 48 jours, dont 30 jours de vol. Personnellement, j’ai porté ma combinaison de vol toute la journée, chaque jour. C’était vraiment confortable! Même en marchant dans la ville lors de nos jours de congé, je la portais. C’était un moyen assuré de démarrer une conversation! Les gens demandaient ce que nous faisions et je mettais en évidence les écussons sur la combinaison qui raconteraient l’histoire. Je disais que nous faisions partie des célébrations du Canada 150 en montrant le logo Canada 150. J’expliquais que nous amassions des fonds pour la Southlake Foundation et la fondation True Patriot Love et je pointais alors ces écussons. Chaque écusson contient une partie de l’histoire, du drapeau du Canada au logo de Bell Helicopter, jusqu’à celle de mon école secondaire ! Nos combinaisons de vol STEPHAN/H étaient comme une encyclopédie, racontant l’histoire du voyage. »

STEPHAN/H tient à remercier l’équipage du C150GO de nous avoir sélectionnés comme fournisseur officiel de combinaisons de vol et souhaite également remercier personnellement Steven Dengler d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et de nous envoyer de superbes photos.

Steve Dengler et Guy Lafleur
Steve Dengler et Guy Lafleur

A propos de C150GO

C150 Global Odyssey (“C150GO”)a été le premier tour du monde canadien en hélicoptère et le premier tour du monde père/fils. Ils sont partis le 1er juillet 2017 pour célébrer le 150e anniversaire du Canada à bord d’un hélicoptère Bell 429. Tout au long du parcours, C150GO a été rejoint par des Canadiens remarquables tels que Dave Williams, Guy Lafleur, Peter Bregg, le colonel Gerald Haddon et Bronwen Evans.

Statistiques du C150 Global Odyssey

Hélicoptère     Bell 429 fabriqué au Canada
Équipage         3 pilotes canadiens
Départ            1er juillet (Fête du Canada) 2017
Durée              30 jours de vol sur 48 jours
Distance          36,956 km · 22,963 mi · 19,955 nm
Itinéraire        92 arrêts dans 14 pays